1993

                Article de J.M. Barrois ( en 2 parties)                            

Première Partie

(la photo du RCO est en grand format dans la rubrique "OC 1941-1950")

ORANAIS piqués par

             des rayons de bicyclette

Jean -Marie Barrois, actuel responsable    des anciens d'Oranie, Jules Dumesges Président du C.R.O. de 1947 à 1962.

Challenge disputé en 1941 par l'équipe du R.C.O. dont le siège social se situait Bd Sébastopol à Oran, Président: Louis Grangier.- de G.àD. / Escanez (dirigeant),      coureurs :Boudjemâa, Abdelkader, Julian, Perez Marcel, Egéa, Philibert, El Rico.

 

Les 150 000 spectateurs qui assistèrent en 1960 à la victoire de l'Irlandais Seamus Elliott au critérium de l'Echo d'Oran, sur le fameux circuit du Front de Mer ne se doutaient guère qu'ils étaient témoins de la dernière édition d'une des plus grandes épreuves organisée en Afrique du Nord.Quelques mois plus tard, en avril  62, à la suite de l'assassinat de Georges Lestournaud, licencié de la Roue d'Or, le comité Régional d'Oranie faisait paraître pour la dernière fois son bulletin  hebdomadaire, "l'Oranie Cycliste"..."le vent de l'Histoire"poussait le peloton hors de son périmètre de prédilection.

L'absence d'archives pour toute la période qui précède 1940 empêche une histoire précise du cyclisme Oranien. Les  anciens parlent avec nostalgie du vélodrome de St Eugène, puis à partir de 1925 , de la piste en ciment du vélodrome du Gallia. Les photos d'époque montrent que les champions d'alors, Marcel Sentis, Damien Diaz, Olméda, Julien Meunier et autres frères Liénard, étaient suivis par des foules impressionnantes. Avec deslocomotives telles François.....

 

 

 

 Cadène (vainqueur de la course Alger-Oran) et Vincent Salazard (champion d'Afrique du Nord puis de France des Aspirants en 1933) le cyclisme Oranien ne pouvait que se développer.

Après 1947, l'arrivée à la tête du Comité, d'hommes comme Jules Dumesges (Président), Nicolas Catabard (secrétaire Général), Henri-Pierre Ribaud, Mathieu Garcia, Gustave Yvars, Paul Moisson, Antoine Caldéron, Henri Anglès, Joseph Andréo, permit aux cyclistes Oranais de courir régulièrement de 1947 à 1962, dans oecuménisme total puisque sur les lignes de départ, au départ du crû se joignaient les musulmans qui ne semblaient pas avoir du côté politique autant d'ennuis que leurs collègues footballeurs, et les métropolitains effectuant leur service militaire dans la région.

Le calendrier des compétitions s'inspirait de celui des comités métropolitains, cyclo-cross pendant les mois d'hiver, piste avec la célèbre médaille, et route, où outre le critérium déjà cité, l'on trouvait les championnats, le 1er Pas Dunlop, le Grand Prix de la Ville d'Oran, l'Echo Soir, l'Oran Républicain, les grandes classiques et toutes les épreuves qui figuraient aux programmes des fêtes de village ou de quartiers.

L'engouement était tel à une certaine époque, qu'une séance du Brevet du jeune cycliste pour enfants de 3 à 10 ans, draina jusqu'à cinq mille spectateurs sur le boulevard des 40 mètres!.......

 

Félix Valdès, Robert Perez, Jean  Hernandez

 

Outre Vincent Salazard un autre Oranais, Gilbert Salvador, endosse un maillot de Champion de France celui des indépendants.C'était à Morlaix en 1959. Autres grand noms, Robert Pérez, sélectionné Olympique en 1952; Edouard Trouvé, champion d'Algérie des débutants ezn 1949, Jean Ruiz champion d'Algérie de cyclo-cross en 48 et 49; Mohamed Belkacemi 3eme d'un critérium de L'Echo d'Oran; Marcel Fernandez, Ernest Niéto, Félix Valdès, Jean Garcia vainqueur vainqueur d'une étape du Tour du Maroc devant René Berton; Fernand Giméno, Jean-Claude Archilla, Roger Vitalis recordman d'AFN de l'heure avec 42km636 en 1956; Vincent Mirailles, les frères Francisi dont on ne sait plus s'ils  Oranais ou Toulonais, et, en remontant dans le temps Antoine Quilès, François Artéro, Fernando Fernandez, Antoine Giménez, Léandre Marty, les deux Emmanuel Fauché et Egéa, Pascual Garcia, Michel Ballester sans oublier les Bakti, Bellaïd, Frich, Lakdar, Mérabet, Saïd, et le trio Tlemcénien Smain, blel, Naar... Dans les dernières années, l'apport Métropolitain permit aux jeunes du cru de s'améliorer. Au premier rang : Simon Leborgne impressionnant, professionnel chez Mercier; Joseph Graf futur champion d'Alsace; Joseph Carrara vainqueur d'une étape du Tour d'Italie après une échappée de quelques 200 kms!! Les progrès des jeunes du cyclisme Oranien se concrétisent en 1961 à.....

Deuxième Partie :

Suite de L'article ( clic)

 de D.à G.: H. Ferrer, une admiratrice Sétoise,  F. Giméno. et..x..x..              

 

 

 

 

Aller à la page suivante (cliquez)